VIVEZ AHIMSÂ Conseillère en alimentation, santé et bien être

Mon billet d’humeur

Mon billet d'humeur,Mon billet d'humeur

Aujourd'hui, dimanche 9 décembre 2018, un besoin de partage...l'arrêt de mon activité de conseillère, la maladie insidieuse qui touche des personnes proches, l'humeur ambiante teintée de violence urbaine...

Aujourd’hui tout nous démontre que nous arrivons à la fin de notre monde « matérialiste » centré sur l’ego. Les temps actuels, par leur intensité, nous obligent à réaliser de profondes prises de conscience.

Ma croyance me porte à croire que tout ce qui se joue devant mes yeux est l’expression manifeste de ce que je porte et produis individuellement et collectivement.

Ma croyance me porte à croire que la maladie est l'absence de santé. La santé, dans l'absolu, est la paix joyeuse de l'Esprit qui, à travers la pensée, se reflète dans le corps.

Et donc, je suis responsable de toutes les paroles et pensées que j'émets, si souvent empreintes de dualité, de condamnation, de jugement, de rejet, de peur.

Chacune de nos intentions colériques ou vengeresses, avant même qu’elle ait pris forme dans la réalité concrète, appelle dans l’immédiateté une contrepartie de même nature, émanant de celui que nous considérons comme notre adversaire.

On ne combat jamais que soi-même…

Jusqu’à ce que l’on dépose les armes et prenne conscience que, faute de l’un des deux combattants, la guerre s’arrête.

Ma croyance est que tout ce contre quoi je lutte se renforce.

Mettre toute mon énergie dans la riposte revient à focaliser mes efforts vers la haine et la peur. Si aucune énergie ne vient nourrir en moi l’amour, l’harmonie, la guérison, comment pourrais-je semer autre chose que le contraire, le déni, le négatif de ce que JE SUIS ?

JE SUIS responsable de la façon dont je regarde le monde. Mes yeux sont le portail de mon âme.

Chaque pas est un but.

Chaque respiration, chaque pulsation, chaque renoncement, chaque mot, chaque rencontre, chaque circonstance, chaque événement est un pas dont le but ne peut être que le Soi.

Tant que l’on croit à un chemin, à un délai, à un processus, les pas effectués resteront effectivement des étapes vers quelque chose qui, en vérité, n’est à aucune distance, ni dans le temps ni dans l’espace.

On voit ce que l’on croit…

Aujourd'hui, il n'est pas "naturel" pour moi, de rester dans la Joie et l'Amour, cela me demande un effort. J'aspire à vivre en harmonie avec mon Moi intérieur, mon environnement...et même si je comprends que je suis créatrice de ma vie, il m'est encore difficile d'accueillir sereinement la maladie, la souffrance. La compassion me semble dérisoire face aux SDF....Les chemins que nous avons choisis pour retrouver notre Unité, nous semble encore difficile à accepter car nous sommes toujours dans la dualité, la séparation du corps et l'Esprit.

Alors, aujourd'hui, j'accueille avec compassion, ma tristesse....

Catherine C

 

 

Texte librement inspiré de Grégory Mutombo