VIVEZ AHIMSÂ Conseillère en alimentation, santé et bien être

L’éducation bienveillante

27 février 2018 |  

L'éducation bienveillante et la communication non violente ou pour permettre à l'enfant de s'épanouir, nous devons adopter la bonne attitude.

Qu'est-ce que l'éducation bienveillante ?L'éducation bienveillante

Quand on parle d'éducation, on se concentre souvent sur l'instruction.

L'acquisition des savoirs est importante, c'est un fait. Pourtant, un individu se définit par ses émotions, son savoir-être, son caractère.

Ce n'est pas l'instruction qui développe la personnalité.

Oublier d'inculquer une discipline personnelle, ainsi que des valeurs sociales et morales, c'est entraver l'épanouissement de l'enfant.

L'éducation bienveillante et la communication non violente (CNV) créent du bonheur et exorcisent la souffrance.

En les utilisant correctement, on rentre dans un cercle vertueux où l'on peut se sentir bien avec les autres.

En quoi cela consiste-il vraiment ?

L‘article* donne les comportements clefs pour accéder à l'éducation bienveillante et la communication non violente.

Voici les premières grandes lignes, et pour le reste je vous encourage à lire le magazine “Le chou brave”.

  • Renforcer les comportements positifs.
  • Savoir repérer, écouter et comprendre les émotions de l'autre.
  • Déprécier les comportements négatifs.
  • Limiter les sources de frustration.
  • Savoir être patient.

Ce trimestre, il est consacré à l'enfant, l'éducation et surtout l'alimentation. Si vous voulez connaître une autre approche, disons, moins conventionnelle.  Comment faire manger des fruits et des légumes aux enfants ? Sont-ils capables d'aimer l'alimentation vivante, d'en ressentir les bienfaits ? Le magazine leur a posé la question. 

Se détourner du mode d'alimentation “conventionnel” pour s'orienter vers l'alimentation vivante est un choix marginal dans notre société actuelle. Dites à la plupart des pédiatres que vous ne donnez que de la nourriture cru à vos enfants, et ils peuvent vous dénoncer pour maltraitance auprès des services sociaux, pour risque de malnutrition ! Sans aller jusqu'à 100% cru, une alimentation à 70-80% vivante, me parait essentielle pour obtenir tous les bienfaits de la nourrir que nous absorbons.

*Je partage un article de Jérémy Fourestier” que je viens de lire dans “le chou brave” magazine de l'alimentation vivante et de l'abondance.http://lechoubrave.fr/